0

Le Lion de Macédoine : L’ histoire revue par David Gemmell

Le Lion de Macédoine de David Gemmell Publié par Folio Fin 2002 Genres: Uchronie, Grèce Antique, Fantasy  Pages: 1568

Le Lion de Macédoine de David Gemmell
Publié par Folio Fin 2002
Genres: Uchronie, Grèce Antique, Fantasy
Pages: 1568

Quatre cents ans avant Jésus-Christ. Sparte l’orgueilleuse, la cité guerrière, célèbre ses victoires… Son nom est Parménion, il n’est qu’un paria, un sang-mêlé qui doit affronter le mépris et humiliation de la jeunesse de Sparte. Pourtant, son destin a été tracé par des forces obscures qui feront de lui le plus terrible seigneur de guerre que le monde ait connu….

Si vous avez lu ma chronique sur Dark Moon, vous savez déjà que je suis un fervent amateur des ouvrages de David Gemmell. Si ce n’est pas le cas et que vous ne connaissez pas cet auteur, je vous invite à la lire pour vous en faire une idée. Spécialiste de l’Heroic Fantasy, Gemmell s’est ici attaqué à un autre genre que vous n’avez peut être jamais rencontré : l’uchronie.

Pour ma part, j’ignorais complètement l’existence de ce mot. En voici donc la définition pour ceux qui comme moi ne le connaissaient pas : Une uchronie est une reconstruction fictive de l’histoire, relatant les faits tels qu’ils auraient pu se produire. (Merci Larousse). Dans ce livre, David Gemmell raconte donc à sa façon toute la vie du général Parménion qui a notamment officié pour Philippe de Macédoine et Alexandre le Grand (rien que ça !).
Dès le premier chapitre, l’auteur impressionne : on s’y croirait ! La cité de Sparte nous apparaît authentique au possible, tout est cohérent et il est d’emblée presque impossible de distinguer la réalité historique de la Fantasy. Et ça n’est certainement pas un hasard car Gemmell a travaillé d’arrache-pied avec des historiens pour s’assurer de la cohérence de son récit.
Nous voilà donc plongés dans la Grèce Antique à suivre les aventures du jeune Parménion qui a une vie pour le moins mouvementée. Pour vous rappeler quand même que cette uchronie est aussi marquée par la Fantasy, l’auteur introduit très tôt de la magie dans son histoire d’une manière très habile puisqu’elle n’agit pas directement sur les événements et n’enlève donc rien à la crédibilité de l’ensemble.

La première partie de l’histoire, très concentrée sur le réel, relate l’ascension de Parménion jusqu’à son rôle de général dont l’invincibilité lui vaudra rapidement le surnom de « La Mort des Nations ». Le récit change ensuite complètement de direction et part complètement dans l’irréel et la mythologie. Pendant presque un tiers de l’histoire, les protagonistes vivent des aventures littéralement extraordinaires dans un univers parallèle peuplé de célèbres créatures telles que les centaures, les nymphes, les dryades… et j’en passe. Ce gros interlude évite à l’histoire de s’éterniser et relance complètement l’intrigue. Si bien sûr ce soudain changement de monde peut surprendre, le dépaysement reste très limité puisque cet univers parallèle reste très semblable à notre monde. L’histoire reprend ensuite son cours, toujours en respectant la réalité plus qu’on ne le pense.

Il est logiquement recommandé d’apprécier la Grèce Antique pour pouvoir se plonger dans ces livres, mais aucune connaissance n’est requise pour suivre le fil. Je n’avais jamais lu d’uchronie et force est de reconnaître que j’ai été fasciné ! L’histoire est rendue plus passionnante qu’en réalité et nul doute que je me serais jeté sur la suite si Gemmell l’avait écrite. Vous pourrez même vous servir de vos connaissances ainsi acquises pour briller en soirée. La part de vérité dans le récit est tellement importante que vous avez peu de chance de vous tromper. Les touches d’humour ne sont pas en reste comme l’illustre bien ce court extrait :

« – Tu es franc, mais je ne peux prendre ta sagesse en défaut. Suis-moi au palais. Tu pourras t’y laver, t’y raser et t’y rafraîchir. Ensuite, nous parlerons.
Parmenion hocha la tête.
– Vous vous êtes vraiment battu comme dix lions ? voulut-il savoir
– Plutôt vingt, répondit Philippe, mais je suis d’un naturel modeste. »


EN BREF : Un genre de littérature assez inhabituel (pour moi en tout cas) qui se révèle être excellent ! J’ai hâte de lire l’autre série uchronique de David Gemmell qui se focalise sur Troie.

identicon

Kaelin

Moi, c'est Kaelin Chariakin. Mix improbable entre un chef Rigante et une légendaire Marchombre. Grand amateur de citations et étudiant en littérature (après m'être assuré que les études d'ingénieur n'étaient pas des études de lettres, oui, j'aime bien vérifier les choses par moi-même), les livres ont toujours été plus ou moins présents dans ma vie.


N'hésitez pas à laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose), notre blog se nourrit de vos commentaires !
Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.

Laisser un commentaire