2

Avis : American Horror Story

 American Horror Story de Ryan MURPHY, Brad FALCHUK Acteurs récurrents: Jessica LANGE, Evan PETERS, Sarah PAULSON, Frances CONROY, Lily RABE, Taissa FARMINGA   Nationalité: Américaine Statut: En production (début: 5 octobre 2011) - 51 épisodes sur 4 saisons Chaîne d'origine: FX  Genres: Drame, Fantastique, Epouvante-Horreur ★★★★★

American Horror Story de Ryan MURPHY, Brad FALCHUK
Acteurs récurrents: Jessica LANGE, Evan PETERS, Sarah PAULSON, Frances CONROY, Lily RABE, Taissa FARMINGA
Nationalité: Américaine
Statut: En production (début: 5 octobre 2011) – 51 épisodes sur 4 saisons
Chaîne d’origine: FX
Genres: Drame, Fantastique, Epouvante-Horreur

★★★★★

American Horror Story est une série en anthologie, construite en saisons indépendantes. Cependant, on retrouve la plupart des acteurs dans chaque saison.
American Horror Story nous embarque dans des récits à la fois poignants et cauchemardesques, mêlant la peur, le gore et le politiquement correct. De quoi vous confronter à vos plus grandes frayeurs !

Voilà pourquoi je n’ai pas lu depuis plus d’un mois : l’incroyable série American Horror Story. J’ai littéralement enchaîné les quatre saisons en un rien de temps. Je vous laisse donc deviner à quel point j’ai accroché.
J’entendais parler de cette série depuis quelques temps maintenant. D’ailleurs qui ne la connaît pas ne serait-ce que de nom ? A moins que vous viviez dans une grotte (ou tout simplement que vous ne regardiez pas la télé)… enfin, chacun son truc ! Le titre ne me tentait pas des masses… « horror » ne présageait rien qui pouvait me tenter puisque je n’apprécie guère les films et séries d’horreur. Le plus souvent le gore et la peur prenant le dessus sur le scénario.
Mais un ami de la fac me l’a fortement conseillée il n’y a peu et par un heureux concours de circonstances j’ai pu commencer la première saison. Et il ne m’en fallait pas plus pour tomber complètement amoureuse de cette série ! Saison 1, 2, 3 et puis oh! quoi? déjà la 4ème ?! Pendant plus d’un mois, je me suis plongée dans les univers que nous offre American Horror Story et j’ai encore sérieusement du mal à en sortir. Je suis sûre, amis lecteurs que vous comprenez ma situation : c’est le même sentiment que celui que vous percevez lorsque vous terminez un excellent bouquin.
Enfin bref, assez parlé de ça, faisons place à la série !



AHS Titre

Pas besoin de vous expliquer la base de la série, le synopsis (au-dessus) est amplement suffisant pour avoir une idée générale. La série se compose en quatre (pour le moment) saisons distinctes – les histoires et les personnages étant différents : l’arrivée de la famille HARMON dans une maison victorienne hantée à Los Angeles (saison 1, AHS Murder House), les fous internés dans l’asile psychiatrique de Briarcliff et ses dirigeants (saison 2, AHS Asylium), les sorcières du coven de la Nouvelle-Orléans (saison 3, AHS Coven) et les « monstres » de foire de la ville de Jupiter en Floride (saison 4, AHS Freak Show).
Les créateurs de la série proposent une structuration du récit similaire d’une saison à l’autre. Le quotidien de nos personnages principaux est chaque fois bouleversé et ils débarquent dans un nouveau lieu inconnu et bien sûr souvent terrifiant. Ils vont rencontrer les « locaux » et plus ou moins tisser des liens avec eux. C’est cet endroit et les personnes qui y habitent qui feront complètement basculer la vie de nos héros et feront sortir leurs secrets et désirs les plus noirs. En plus de changer de personnages et d’histoire à chaque nouvelle saison, l’époque à laquelle se déroule le récit diffère aussi : à notre époque pour les saisons 1 et 3, dans les années 60 pour la saison 2 et dans les années 50 pour la saison 4.

Personnellement, j’ai une nette préférence pour la première saison que je trouve plus percutante. Mais les trois autres sont toutes aussi excellentes et le fait d’avoir enchaîné les saisons m’a peut-être empêchée de les apprécier chacune à leur juste valeur et indépendamment les unes des autres.

Après de terribles épreuves, la famille HARMON décide de se reconstruire et de repartir sur de bonnes bases. Pour cela, ils emménagent dans une somptueuse demeure victorienne à Los Angeles. Mais sous couvert d’une architecture impressionnante, son histoire, elle, est en revanche nettement moins reluisante : meutres, suicides… Histoires sordides en clair.
Vivien, la mère, est meurtrie après une fausse-couche et l’adultère de son époux. Ce déménagement est une seconde chance pour leur couple, mais il lui est difficile de lui faire confiance à nouveau et elle le repousse à chacune de ses tentatives. Troublée par certains événements se déroulant dans sa nouvelle maison, elle commence à s’intéresser de plus près à son histoire et apprend des choses qu’elle aurait propablement préféré ne jamais savoir. Leur maison est connu dans le quartier comme la Murder House (etc).
Ben, père et mari infidèle, est psychiatre. Il va suivre Tate, un jeune garçon qui va vite s’imposer dans la dynamique familiale et qui va se rapprocher de sa fille, Violet.
Violet est dépressive et se mutile fréquemment, sans même que ses parents ne s’en rendent compte. Elle s’adapte mal auprès des adolescents de son âge et va ainsi se trouver de nombreux points communs avec Tate.


Dans cette série, les personnages ont déjà connu leur lot de malheurs. Ils sont emprisonnés dans un destin qui ne leur convient pas et auquel ils tentent d’échapper. Si quelques-uns réussissent, les autres échouent et sont condamnés à souffrir. Ils sont imparfaits et certains sont carrément des monstres : ils vont tuer, mentir, voler, tromper, torturer… Bref ils vont faire souffrir leurs prochains, ainsi qu’eux-mêmes. Malgré tout vous serez supris de vous attacher à ces étranges personnages et à les apprécier peu importe de leurs actes parfois sordides. American Horror Story vous embarque dans les noirceures humaines où rien ne vous est épargné.


A travers les quatre saisons, on découvre un large panel de personnages glauques, effrayants, sympathiques, voire très attachants. Certains peuvent être même le tout à la fois. Je vais alors me permettre de faire une petite liste des personnages qui m’ont marquée et que j’ai énormément appréciés.

Dans la saison 1, nous rencontrons l’étrange adolescent Tate LANGDON (Evan PETERS). Tate est un garçon perturbé qui consulte Ben HARMON. C’est d’ailleurs par ce biais que Violet et lui se rencontrent : une relation attendrissante et parfois malsaine naît. Elevé par une mère froide et indifférente, il a vécu une enfance difficile qui l’a rendu psychologiquement instable. Il réagit parfois comme un petit garçon et non pas comme un adolescent proche de l’âge adulte, mais ses fêlures le rendent émouvant et il est dur de réellement lui en vouloir.



Dans la saison 2, Lana WINTERS (Sarah PAULSON) est une journaliste homosexuelle en quête d’un scoop pour lancer sa carrière et sortir ainsi de la rubrique culinaire. En travaillant sur l’affaire de Bloody Face, elle arrive à l’asile psychiatrique de Briarcliff. S’enchaînent alors un tas de péripéties plus marquantes les unes que les autres. Je l’ai trouvée antipathique, opportuniste, et surtout très agaçante dans sa quête de l’exclusivité. Mais avec tout ce qu’elle va vivre, on compatit avec elle et on comprend ses motivations et ses actions. Elle reste néanmoins un personnage froid et détaché mais touchant dans ses imperfections.



L’autre personnage de la saison, même si on ne la voit que très peu, est Pepper (Naomi GROSSMAN). C’est une femme atteinte de microcéphalie repérable par une anomalie au niveau de sa boîte crânienne et une maturité d’enfant. Sa candeur ne la rend que plus attachante. On la retrouve dans la saison 4 pour notre plus grand bonheur, on en apprend plus sur son histoire et elle nous prouve encore une fois à quel point c’est un personnage formidable.



Dans la saison 3, Cordelia FOXX (encore Sarah PAULSON) est l’un des personnages inoubliables. Sorcière, elle est en charge du Coven de la Nouvelle-Orléans. C’est une femme douce et charmante mais elle manque cruellement de confiance en elle malgré sa brillance. Il faut dire que sa mère, La Suprême, est loin de l’aider sur ce point. Quand son Coven est menacé par des forces extérieures, elle fera tout (mais vraiment tout) pour protéger ses sœurs sorcières et elle devra faire face à de douloureux dilemmes. Je dirais même que Cordélia est la maman aimante que chacun aimerait avoir.



Dans la saison 4, le personnage qui m’a le plus touchée est interprété par Sarah PAULSON (et oui, encore !) et n’est autre que les soeurs siamoises Bette et Dot TATTLER. Deux sœurs coincées dans un même et unique corps mais si différentes psychologiquement parlant : l’une est défaitiste et ne rêve que d’indépendance tandis que l’autre est rêveuse et plus candide. Mais malgré leurs nombreuses divergences, l’amour fraternel est plus fort et les réunira face aux épreuves. Certaines scènes de dualité entre les deux jeunes femmes sont fortes en émotions et nous montrent à quel point Sarah est une formidable interprète.



Cette série m’a également permis de découvrir d’incroyables acteurs et rien que pour ça, je la recommanderais vivement !
Sarah PAULSON (Lana WINTERS – Cordelia FOXX – Bette et Dot TATTLER) est en tête de mes actrices préférées de ce show ! Elle est stupéfiante et nous délivre à chaque fois une prestation bouleversante. Et puis bon, il faut dire aussi qu’elle est absolument magnifique (moi, jalouse ? absolument pas …).
Evan PETERS (Tate LANGDON – Kit WALKER – Kyle SPENCER – Jimmy DARLING) est l’un des acteurs principaux et récurrents de la série. Je ne le connaissais pas et j’ai été très agréablement surprise. Il nous offre toujours de superbes performances, même si ses personnages ont des schémas similaires (un jeune homme perdu, instable et profondément marqué par son passé). Et puis, comment ne pas tomber sous le charme de ce jeune homme (bien que plus vieux que moi) au regard perçant, au sourire charmeur et enjôleur, et ses cheveux décoiffés avec d’adorables bouclettes ? Personnellement, je n’ai pas résisté (oups!). J’attends néanmoins de le revoir dans un autre registre de personnage dans la prochaine saison, histoire de confirmer son talent.
Même si je ne parle que de ces deux-là, la série regorge d’acteurs talentueux que nous avons le plaisir de retrouver régulièrement au fil des saisons.


La qualité de la série est indéniable. La photographie est bien travaillée, les décors et les costumes bien choisis. Cette idée de créer des saisons distinctes (bien qu’apparemment liées entre elles) est géniale, on ne tourne pas en rond et on ne s’ennuie pas. Le scénario mêle intelligemment l’histoire, l’épouvante et le gore. Néanmoins, après quatre saisons, il semblerait difficile pour les créateurs de diversifier les rôles qu’interprètent les acteurs et on retrouve ainsi des caractéristiques similaires d’un personnage à un autre, notamment pour ceux de Jessica LANGE. Mais heureusement, le talent des acteurs, rudement bien choisis, pardonne ce fait.
D’après ce que j’ai pu lire la saison 5 sera restructurée et on notera plus de changements par rapport à la saison dernière. Je peux vous dire que j’ai extrêmement hâte d’en savoir plus !


Pour celles et ceux qui n’ont toujours pas tenté cette série par peur de ce côté horrifique, je tiens à vous rassurer : certes les histoires sont glauques et parfois effrayantes mais vous ne crierez pas, ni ne vous cacherez derrière vos couvertures, terrifiés. Vous pouvez regarder la série la nuit sans appréhender des cauchemars. Alors préparez-vous tout de suite une bonne tasse de thé, un bon oreiller, de chaudes couvertures et commencez cette série !


Et voilà, j’en ai fini avec la chronique d’American Horror Story, elle retrace l’univers de la série, ses personnages et les acteurs qui les incarnent. J’espère que cette chronique vous a plu, voire même encore mieux vous a convaincu de commencer cette série. Je suis curieuse de connaître votre opinion dessus alors n’hésitez pas à la partager avec nous dans les commentaires !
Allez, je vous laisse avec le trailer de la première saison, histoire de vous mettre l’eau à la bouche !


identicon

Llyx

Je suis étudiante en L3 cinéma, je me destine à travailler - croisons les doigts - dans la production audiovisuelle et cinématographique. J'aime m'entourer de films et de livres, autant d'univers dans lesquels je peux me plonger et me perdre !


N'hésitez pas à laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose), notre blog se nourrit de vos commentaires !
Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.

2 commentaires

  1. la série à l'air bien, mais j'aime tellement pas l'horreur que j'ai du mal à la commencer :/ tout le monde m'en parle et que je dois la regarder mais je sais pas, je n'y arrive pas et sur l'affiche de la saison 4 y'a un clown…(j'aime pas les clowns >.<)

  2. La série est VRAIMENT géniale ! Elle sort du lot des séries qu'on peut nous proposer ces dernières années.
    Je te comprends parfaitement, c'est aussi ce côté « horreur » qui m'empêchait de la commencer et une fois que j'ai sauté le pas, je n'ai pas regretté une seule seconde ! Au lieu d'horreur, je qualifierais la série plus de glauque et sordide (pas sûre que ça te convainque plus XD).
    Après, tu peux toujours tenter les premiers épisodes de la saison 1 qui ne font pas, si mes souvenirs sont bons, peurs. Pour voir au moins si l'histoire – l'univers – les personnages te plaisent, ça ne coûte rien, à part du temps.
    Pour ce qui est du clown, oui il y en a un dans la saison 4 et qui n'est franchement pas … sympathique. Mais comme je l'ai dit dans la chronique, ce qui est bien dans cette série c'est que les saisons sont indépendantes (plus ou moins) les unes des autres, donc si tu ne veux pas en regarder une (à cause d'un clown par exemple) ça ne sera pas grave, tu ne perdras rien dans l'intrigue, etc.

    Voilà, voilà ! N'hésite pas à revenir me dire si tu as sauté le pas et ce que tu en as pensé !

    (Llyx)

Laisser un commentaire