2

Avis : White Hot Kiss de Jennifer L. Armentrout

White Hot Kiss de Jennifer L. ARMENTROUT Série: The Dark Elements #1 Publié par Harlequin Teen le 25 février 2014  Genres: Paranormal, Romance, Young-Adult Pages: 392 ★★★☆☆

White Hot Kiss de Jennifer L. ARMENTROUT
Série: The Dark Elements #1
Publié par Harlequin Teen le 25 février 2014
Genres: Paranormal, Romance, Young-Adult
Pages: 392

★★★☆☆

One kiss could be the last
Seventeen-year-old Layla just wants to be normal. But with a kiss that kills anything with a soul, she’s anything but normal. Half demon, half gargoyle, Layla has abilities no one else possesses. Raised among the Wardens—a race of gargoyles tasked with hunting demons and keeping humanity safe—Layla tries to fit in, but that means hiding her own dark side from those she loves the most. Especially Zayne, the swoon-worthy, incredibly gorgeous and completely off-limits Warden she’s crushed on since forever.
Then she meets Roth—a tattooed, sinfully hot demon who claims to know all her secrets. Layla knows she should stay away, but she’s not sure she wants to—especially when that whole no-kissing thing isn’t an issue, considering Roth has no soul. But when Layla discovers she’s the reason for the violent demon uprising, trusting Roth could not only ruin her chances with Zayne…it could brand her a traitor to her family. Worse yet, it could become a one-way ticket to the end of the world.

Les Wardens sont un puissant peuple de gargouilles. Non, ils ne ressemblent pas à ces petites statues en pierre peu séduisantes. Ils sont comme vous et moi, à l’exception de la capacité plutôt sympathique de se transformer en une impressionnante créature ailée. Leur existence est connue des humains lambda et fait débat auprès des extrémistes religieux qui les considèrent comme les progénitures du Diable. Seulement les Wardens ne sont pas les pires créatures sur Terre et les Démons existent aussi mais vivent cachés. Et certains d’entre eux ne sont pas uniquement là pour jouer à la pétanque avec nous, si vous voyez ce que je veux dire. C’est ici que les Wardens trouvent leur utilité : ils ont pour mission suprême de protéger l’humanité et ainsi éradiquer complètement ces viles et diaboliques créatures.

C’est dans cet entre-deux compliqué que se trouve notre héroïne Layla : mi-démone, mi-warden. Elle n’a jamais connu ses parents biologiques et a grandi au sein du clan des Wardens de Washington. Elle a été élevée dans un univers hostile aux Démons et ses pairs gargouilles lui ont appris à utiliser ses pouvoirs spéciaux pour traquer une autre partie des siens. Même si cette haine existe, Layla reste sujette à ses propres gênes et à ses instincts démoniaques. La malédiction de ses baisers est là pour lui rappeler jour après jour : le moindre baiser avec toute créature possédant une âme sera fatal pour celle-ci car Layla a l’embêtante capacité de s’en nourrir (chacun ses goûts après tout).
Nous rencontrons notre héroïne à ce stade-là, dans son train-train quotidien : étude – traque de démons – dodo. Persuadée de son importance et de l’utilité de tuer ces fruits de l’Enfer, Layla déchante vite quand son chemin croise celui d’un Démon de niveau supérieur, Roth. Loin de lui l’idée de la tuer, il embarque Layla sur le chemin de la vérité. Le monde n’est pas tout blanc ou tout noir, il se dépeint en une multitude de nuances de gris – non, pas cinquante, ce n’est pas drôle – et elle va l’apprendre à ses dépends.

Le point fort de la série est l’univers, même si on a déjà fait, je vous l’accorde, plus original. Les personnages ne sont pas folichons et manquent fortement de profondeur.

Layla est une adolescente déstabilisée en quête de réponses sur elle-même et d’une communauté capable de l’accepter entièrement. Elle a été élevée au côté de Zayne, un Warden, et le profond attachement qu’elle éprouve pour lui prend la forme d’un amour. Elle sait pourtant qu’une quelconque relation avec lui est vouée à l’échec. Sa vie n’est pas facile et quoiqu’elle fasse pour ses congénères wardens, elle restera toujours une abomination pour eux. Certains aspects de sa personnalité font d’elle le stéréotype de l’héroïne immature et irréfléchie. Parfois ses réactions me dépassaient complètement et l’envie de la secouer violemment par les épaules me démangeait.
Roth le démon supérieur est le plus intéressant (non, je ne craque pas pour les héros mystérieux et ténébreux !). Il assume pleinement son origine démoniaque, il est malicieux et coquin (cheekyyyyy) mais s’occupe sérieusement de Layla. Il préfère vivre sur Terre qu’en Enfer (il fait moins chaud à ce qu’il paraît), à l’instar de nombreux démons.
Quant à Zayne, je ne l’aime pas. Point. Quoi ? Vous vous attendiez à une explication structurée et argumentée ? Hé bien, non.
Même si certaines choses étaient prévisibles, l’auteure a su me surprendre sur une partie des origines de Layla, mais surtout sur celles de Roth qui sont abordées de manière vraiment intéressante et j’ai terriblement envie d’en savoir plus.

J’étais intimement persuadée qu’il s’agissait d’une série – couple… et bien pas ce coup-ci ! J’aurais dû exécuter ma plus belle danse de la joie suite à cette information mais non, car elle apportait l’annonce de la plus grande tragédie de ce XXIème siècle : l’abominable triangle amoureux (non pas l’Homme des neiges, ne confondez pas tout voyons !). Je bannis toute histoire qui en comporte tant cela me donne de l’urticaire… J’ai été piégée, je ne vois pas d’autres solutions. Toujours est-il que je redoute la lecture des tomes suivants, malgré la fin vraiment prometteuse de ce premier tome.


La raison pour laquelle j’ai acheté ce premier opus m’échappe encore… Ce n’est pas la couverture moche et kitch au possible qui m’a attirée – enfin si, mais pas pour les bonnes raisons -, ni le titre « White Hot Kiss » (« Blanc Baiser Chaud » ? Gné ?) un tantinet ridicule… Difficile de lire fièrement ce livre dans les transports en commun sans que les autres usagers vous regardent d’un air surpris et moqueur. Ne cherchez pas, je ne sais pas moi même mais je ne regrette pas. Si certains points peuvent être décevants, je suis quand même contente d’avoir découvert cette série. J’ai passé un agréable moment et je ne nie pas qu’elle a du potentiel, mais je l’ai surtout lu car j’apprécie Jennifer L. ARMENTROUT, auteure de la série Lux.

The Dark Elements – la série

The Dark Elements, Tome 2 - Stone Cold Touch VO ARMENTROUT The Dark Elements, Tome 3 - Every Last Breath VO ARMENTROUT

identicon

Llyx

Je suis étudiante en L3 cinéma, je me destine à travailler - croisons les doigts - dans la production audiovisuelle et cinématographique. J'aime m'entourer de films et de livres, autant d'univers dans lesquels je peux me plonger et me perdre !


N'hésitez pas à laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose), notre blog se nourrit de vos commentaires !
Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.

2 commentaires

  1. bravo pour le nouveau blog, il est très joli ! Je n’ai pas tenté les derniers livres de l’auteure encore mais il faudrait j’avoue !

    • Merci ! :3
      Et bien, si un jour tu veux tenter ses romans, je te conseille vivement de commencer avec sa série Lux qui est vraiment top (même si je dois la terminer) 🙂

Laisser un commentaire