3

Avis : Le feu secret de C.J. Daugherty et Carina Rozenfeld

Le feu secret de C.J. Daugherty et Carina Rozenfeld Série: Le feu secret #1 Publié par Robert Laffont le 12 novembre 2015 Genre: Fantastique Pages: 474 ★★★★★

Le feu secret de C.J. Daugherty et Carina Rozenfeld
Série: Le feu secret #1
Publié par Robert Laffont le 12 novembre 2015
Genre: Fantastique
Pages: 474

★★★★★

Une guerre contre le destin.
Une course contre le temps.
Taylor Montclair, une fille tout ce qu’il y a de plus normal, mène une vie sans histoire dans la petite ville de Woodbury, en Angleterre. Sacha Winters, un ténébreux garçon nimbé de mystère, habite à Paris.
Alors que Taylor est impatiente d’intégrer l’université d’Oxford, Sacha, lui, se contrefiche des études… et pour cause : il connaît la date exacte de sa mort, et celle-ci approche à grands pas.
La mort de Sacha entraînera la réalisation d’une prophétie ancestrale qui plongera le monde dans le chaos.
Taylor est la seule qui puisse le sauver. Mais ni elle ni lui ne le savent : ils ne se sont jamais rencontrés.
Une mer et plusieurs centaines de kilomètres les séparent. Des puissances démoniaques sont prêtes à tout pour empêcher leur alliance. Ils ont huit semaines pour se trouver et vaincre le destin.
Le compte à rebours commence maintenant.

Le Feu secret de C.J. Daugherty et Carina Rozenfeld n’est probablement pas passé inaperçu par chez vous aussi, que ce soit dans votre fil d’actualité Facebook, Twitter, les booktubeuses, les bloggeuses que vous suivez, et j’en passe. Lorsqu’il y a une sorte de « battage médiatique » autour d’un même livre – des semaines avant et après sa sortie en librairie – j’ai tendance à faire le contraire des gens et à être carrément refroidie. Je ne me suis donc pas vraiment attardée dessus et c’est seulement après avoir lu une unique chronique (celle de Moody Take a Book) qu’il m’a intriguée. Enfin bref, toujours est-il que j’ai quand même finit par le lire et que je suis agréablement conquise par ce premier opus !


Liés pour le meilleur et pour le pire par une très vieille malédiction Sascha et Taylor n’ont aucune conscience de l’autre. Ils vivent à des centaines de kilomètres de distance, séparés par la mer. Lorsque que leurs professeurs de langue vont les mettre en contact, ce n’est pas le fruit du hasard, tout est calculé, tout est arrangé. Les deux adolescents vont alors faire connaissance par le biais de cours particuliers d’anglais en ligne. Les premiers contacts sont compliqués et ne présagent rien de bons. Mais suite à des concours de circonstances clairement malchanceux, ils vont découvrir qu’ils sont bien plus que des camarades d’études. Propulsés dans un monde d’adultes rempli de dangers, ils vont devoir faire confiance à l’autre et s’entraider malgré leurs différences.

La singularité de cette série est qu’elle écrite à quatre mains. Nous avons d’un côté C.J. Daugherty, l’Anglaise que je connaissais grâce à sa série Night School – que je n’ai pas encore finie – et de l’autre, Carina Rozenfeld, la Française dont le nom me disait vaguement quelque chose.
Leur duo marche très bien et est parfaitement efficace. Contrairement à beaucoup de personnes, je n’ai pas été marquée par la différence de style entre elles. Clairement si je n’avais pas su d’avance qu’il s’agissait de deux auteures, je ne l’aurais jamais deviné.

L’univers fantastique et magique mis en place par ce duo est vraiment intriguant et solide. Il reste néanmoins à mon goût abordé de manière superficielle dans ce premier tome. Je suis curieuse d’en apprendre plus sur l’histoire des familles respectives de Taylor et de Sascha, ainsi que sur ce qu’il pourrait se passer si le jeune homme venait à ne pas être secouru car sur ce dernier point on sait très peu de choses.

Taylor Montclair et Sascha Winters – qu’on se le dise clairement – sont des personnages à la base très stéréotypés :

Taylor, l’adolescente anglaise, a tout d’une élève modèle qui partage sa vie entre les cours et… les cours. Sa réussite scolaire est motivée par son unique désir d’entrer dans la prestigieuse université d’Oxford où son grand-père paternel enseigne. Elle ne s’impose pas et en arrive très régulièrement à faire les devoirs de sa « meilleure-amie ». Allez savoir où est-ce qu’elle trouve suffisamment de motivation pour faire deux fois plus de travail, si vous avez la réponse je suis preneuse. Dans tous les cas, Taylor est une adolescente coincée et a typiquement ce côté « fille fragile » qu’on peut retrouver chez les intellos dans les romans. Elle se sent différente des gens de son âge, leurs préoccupations étant aux antipodes. Obnubilée par sa réussite et son avenir, la demande de son professeur va anticiper le cours de son destin et va lui permettre de s’évader et de vivre des événements palpitants et effrayants à souhait.
Ce qui peut être agaçant – mais qui reste très léger quand même – c’est qu’elle soit si forte, si douée dans la manipulation de la magie alors qu’elle vient tout juste de découvrir son don. C’est la fille banale qui n’a rien demandé à personne et qui se retrouve avec des supers-pouvoirs badass. Enfin bref, à part ça je l’aime bien cette petite.

Sascha, le jeune Français, est un adolescent en complète perdition. Depuis que sa mère lui a dévoilé la malédiction qui plane sur lui – sa mort à ses 18 ans –, il a décidé d’arrêter de suivre ses cours au lycée, de couper le contact avec ses amis là-bas. Il se retrouve seul, sans réel soutien, sans personne à qui confier librement ses peurs et ses angoisses. Comme il ne peut pas mourir avant l’ « heure », il baigne dans des paris très risqués et côtoie des gens dangereux : il joue avec sa vie et la mort. C’est le personnage typique du badboy sans limite que rien n’effraie ni n’arrête. Néanmoins, il souffre énormément de cette situation sans issue (qui ne le ferait pas me direz-vous) et il a du mal à trouver en sa mère une source de soutien, alors il enfouit tout au plus profond de lui et joue les gros durs. Au contact de Taylor, il va s’adoucir et pouvoir trouver un appui et une aide précieuse. Ce qui m’a plu dans le personnage de Sascha c’est cette (légère) dualité entre le côté mauvais garçon et le côté adolescent perdu plein de bons sentiments. Il est attachant et on a envie de le prendre dans nos bras pour lui assurer que tout ira bien.


Je n’attendais pas grand-chose de ce premier tome, j’étais juste curieuse de voir ce que les deux auteures pouvaient avoir à nous offrir, et c’est peut-être grâce à cet état d’esprit que j’ai pu savourer pleinement l’histoire de Taylor et Sascha. J’ai aimé lire ce roman, j’ai aimé suivre nos deux personnages et j’ai hâte de découvrir comment ils vont s’en sortir dans cette histoire catastrophique. Donc oui pour le tome 2 !

identicon

Llyx

Je suis étudiante en L3 cinéma, je me destine à travailler - croisons les doigts - dans la production audiovisuelle et cinématographique. J'aime m'entourer de films et de livres, autant d'univers dans lesquels je peux me plonger et me perdre !


N'hésitez pas à laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose), notre blog se nourrit de vos commentaires !
Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.

3 commentaires

  1. Ah super que tu ais passé un bon moment, je me demandais ce que donnait le roman ! Il faudra que je regarde ça de plus prés !

    • Il est vraiment bien, original et captivant avec des personnages terriblement attachants !
      Et puis, si tu l’as dans ta PAL ça serait dommage de l’y laisser 😉

Laisser un commentaire